Arthur Michelson, sauvé de l’obscurité (1886-1968)

Je suis né en 1886 à Kronach, dans l’est de l’Allemagne. Mon père était un homme d’affaires prospère qui prenait le judaïsme très au sérieux. Il était très préoccupé par mon éducation matérielle, mais prêtait aussi beaucoup d’attention à ma formation religieuse. Il m’a souvent rappelé que j’étais juif et que je devais toujours respecter le peuple juif. J’ai aussi appris à respecter toutes les traditions et les cérémonies et je suis allé à la synagogue presque tous les jours avec mon père. Ma jeunesse était consacrée à l’étude de l’hébreu, le Talmud et d’autres livres juifs.

Aperçus modifiés

Ma vie d’étudiant à l’université était intensive. Je suis allé étudier le droit et j’ai également étudié d’autres matières comme la philosophie. Mes idées religieuses ont complètement changé au cours de mes études à l’université. La philosophie de Nietzsche m’a amené à rejeter toute religion. Je pensais que nous n’avions besoin que de quelques principes philosophiques: rendre justice à nos voisins, mener une vie vertueuse et rechercher nos idéaux. J’ai écrit à mon père que j’avais abandonné la religion juive et lui ai dit combien j’étais reconnaissant d’avoir été libéré du judaïsme et de l’esclavage des cérémonies.

Mentalement pauvre

J’ai obtenu mon doctorat et je me suis installé comme avocat. J’ai rencontré une belle jeune femme et au bout d’un moment je lui ai demandé de m’épouser. Elle venait d’une famille catholique. Quand son prêtre a entendu qu’elle voulait épouser un Juif, il l’a menacée d’excommunication. Ses parents étaient également très opposés à nos projets. Quand elle est venue me voir en larmes, j’ai dit: «Nous sommes tous les deux des intellectuels et nous n’avons pas besoin de religion. À partir de maintenant, restons fidèles aux principes philosophiques.» Elle a suivi son cœur et à ma grande joie elle a voulu m’épouser. Maintenant que nous étions ensemble, nous avions uniquement besoin l’un de l’autre. Mon affaire a grandi rapidement et, matériellement, nous n’avons manqué de rien. Mais spirituellement nous étions pauvres, aveugles et nus!

Désir de repos

En Allemagne, à cette époque il était courant d’être membre d’une église, que vous soyiez religieux ou non. Ma femme me disait parfois qu’elle avait honte de ne pas être membre d’une quelconque église. Je souhaitais la voir complètement épanouie et j’ai accepté que nous devenions membre d’une synagogue. Mais elle a découvert que les traditions juives ne signifiaient rien pour elle et que, pour ma part, je ne pouvais pas être en accord avec la doctrine catholique. Le désir de paix et de tranquillité a grandi dans mon coeur. Je désirais trouver «quelque chose».

Rupture des nerfs

En 1914, la guerre a éclaté et l’Allemagne a été plongée dans la misère. En 1922, la valeur de la monnaie allemande a chuté. Quand j’ai réalisé que j’avais perdu tout mon argent, j’ai fait une dépression nerveuse. Un voisin, préoccupé par ma condition spirituelle et me rendit souvent visite. Un jour, il laissa un Nouveau Testament contre ma volonté. Mais au bout d’un moment je me suis mis à le lire quand même. J’ai été fasciné par ces mots merveilleux. J’avais toujours pensé que ce livre enseignait aux gens à détester les Juifs, mais à ma grande surprise, j’ai découvert que c’était le contraire.

Prière de la profondeur

A cette époque, j’étais physiquement et mentalement une épave. Parfois, j’étais totalement désespéré et je voyais le suicide comme étant la seule issue. Un soir, j’ai été bouleversé par la noirceur de mon âme. Pour la première fois de ma vie, je me suis agenouillé dans ma chambre pour prier. J’ai crié d’une voix forte: «O Dieu, est-ce que Jésus est notre Messie? Je dois savoir! ” Je ne peux pas dire combien de temps j’ai continué à l’appeler en larmes, mais soudain il y eût une lumière radieuse. Elle semblait plus forte que le soleil, mais sa brillance ne me faisait pas mal aux yeux et n’était pas éblouissante. J’ai été choqué, me suis senti paralysé et ne pouvais pas détourner les yeux de cette lumière brillante et incroyable. Lentement, j’ai vu une figure d’une beauté indescriptible au milieu de cette lumière.

Apparence de Jésus

Son visage rayonnait d’une miséricorde infinie et ses yeux m’apportèrent une grande consolation. Ses vêtements étaient plus blancs que la neige. Il n’était pas vieux, même si j’ai vu en Lui la sagesse liée à l’âge. Il n’était pas jeune, mais j’ai remarqué en Lui la pureté et la fraîcheur de la jeunesse idéaliste. J’étais complètement conscient et suis resté fasciné sur mes genoux. Puis, à mon grand désarroi et à ma grande peur, ce merveilleux personnage vint à moi. Plus il se rapprochait de moi, plus je devenais anxieux. Je voulais appeler, mais ma voix se brisait. Et comme je restais là sans défense, Il étendit ses mains, les posa sur ma tête et dit d’une voix claire et chaleureuse, ces paroles de réconfort: « Mon enfant, mon enfant, je suis le Messie, je suis le Messie. Crois en Moi, crois en Moi! « Comme je le fixais, Il me regarda avec amour et disparut devant mes yeux. Un profond silence remplit la pièce. Je me suis souvenu que j’étais malade et que je devais aller me coucher. Je me suis levé et toute la douleur et ressenti de la maladie semblaient avoir disparu! Je me sentais parfaitement heureux. J’ai réalisé que j’avais vu Jésus de Nazareth, le Roi des Juifs, mon Sauveur.

Un tournant

Ma vie a complètement changé, je suis devenu une «nouvelle création en Jésus-Christ». Dans le passé, j’étais satisfait de mes bonnes œuvres. Mais plus j’apprenais, plus j’essayais de vivre, plus je devenais incertain. Je me suis retrouvé dans des ténèbres effrayantes, jusqu’à ce que je le voie ce jour-là, dans cette lumière glorieuse et que je voie ses mains et ses pieds transpercés! J’ai vu mon Roi crucifié et j’ai entendu Sa voix glorieuse: “Viens à Moi, ne crains pas, J’ai vaincu le monde.” Alors j’ai trouvé l’espoir, la joie et le bonheur. En Jésus, j’ai trouvé tout ce qu’une personne peut désirer. Il a enlevé mon insécurité, Il a pardonné mes péchés, Il a mis un nouveau chant dans ma bouche. Il a mis mes pieds sur le rocher, alors je sais maintenant: “Mon espoir ne se construit que sur Son Sang et Sa Justice. Je me tiens sur le roc solide, Jésus-Christ, et tout le reste n’est que sables mouvants! ”

Appelé le peuple juif

Nous avons dû quitter notre maison et grâce à la providence de Dieu, nous nous sommes retrouvés avec deux sœurs croyantes. Un jour, elles ont emmené ma femme pour les accompagner à une réunion évangélique. Là, elle aussi, est venue à la foi, la foi en Jésus Christ, le Messie. Nous étions si heureux d’avoir tous deux trouvé le même Sauveur!

Arthur se sentait appelé pour son peuple. Il a fondé la Société évangélique hébraïque et de nombreux Juifs ont trouvé le Messie.

Source: Arthur U. Michelson. My Life Story: Out of Darkness into Light. The Jewish Hope Publishing House