Rebecca de Graaf n’a jamais prononcé le nom de Jésus

Mes parents étaient juifs et mes deux grands-parents étaient des juifs pieux. Avec ma sœur, je suis allée à la shul à La Haye et à Leiden. J’ai étudié la musique au Conservatoire Royal, j’ai obtenu mon diplôme de piano et ensuite j’ai commencé à avoir une vie de divertissements. C’était une vie de plaisir, avec les “hauts et les bas” inhérents. Comme les milliers de personnes qui étaient avec moi, je ne faisais pratiquement rien en lien avec la foi, mais je savais seulement que j’étais Juive. Que vous croyez ou non en Dieu, selon nos dirigeants, vous restez juif ou juive, tout simplement. Mais en 1932, à l’âge de 25 ans, j’ai vécu une grande déception dans ma vie. Je ne voyais plus aucune issue et je suis allée voir mes amis juifs. Ils ne pouvaient pas m’aider. Ils ne savaient pas à qui m’adresser et comme vous ne pouvez pas payer avec un portefeuille vide., je devais m’en sortir par moi-même.

À cette époque, nous avions une entreprise dans le centre de La Haye. J’aimais aller chez nos voisins, qui avaient aussi une entreprise. Ils n’étaient pas juifs, mais de vrais croyants, qui vivaient ce qu’ils croyaient. Une fois, j’ai trouvé une Bible à l’arrière de leur magasin. Je n’avais jamais lu la Bible auparavant et “par hasard” je suis tombée sur Jean 5:39, où il est dit: «Vous étudiez les Ecritures parce que vous pensez avoir par elles la vie éternelle. Ce sont elles qui rendent témoignage à mon sujet, et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie!» En ce passage-là, Jésus parle à nous juifs. Le nom de Jésus n’avait pas un son agréable pour moi; Je n’avais jamais prononcé ce nom. C’était pour les païens, pas pour nous. Mais j’ai pris conscience que je ne connaissais pas notre propre Tanakh et c’était Jésus Lui-même qui me le signifiait par ce passage. J’ai décidé de lire la Bible.

Un Dieu personnel

J’ai lu la Bible du début à la fin. C’était comme m’avait dit un scribe juif à Jérusalem: “Quand nous prenons la Bible, la Bible nous prend.” Il y avait des parties que je ne comprenais pas, mais ce que je comprenais bien, je l’absorbais avec empressement. J’avais étudié l’histoire de notre peuple à l’école juive de La Haye, mais c’est ce que j’ai découvert dans la Bible: «Ainsi parle le Seigneur, le Dieu d’Israël». Dieu a commencé à me parler par Sa Parole. Je me sentais comme si je rentrais à la maison et c’est vrai. Le Juif Paul écrit dans sa lettre aux Romains: «En effet, les dons et l’appel de Dieu sont irrévocables.» (11:29). Irrévocables, donc Dieu n’y reviendra pas, c’est sûr!
Et en tant que juive, j’ai été frappée de voir comment l’Éternel, le Dieu d’Abraham, Isaac et Jacob, nous guide, nous aide et si nécessaire, nous punit en tant que peuple, mais qu’Il nous offre également des promesses de restauration afin que nos cœurs ne succombent pas. Les Psaumes en particulier sont devenus mon “ancrage”. Imaginez que vous lisiez comme cela dans Psaume 32: 8: «Je t’instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre; je te conseillerai, j’aurai le regard sur toi.» Cela m’a saisi et m’a bouleversée ! J’ai compris qu’il y avait un Dieu qui m’avait vue et qui me voit, moi personnellement. Et puis j’ai compris que les versets suivants s’appliquent également: «Ne soyez pas comme un cheval ou un mulet sans intelligence; On les bride avec un frein et un mors, dont on les pare, afin qu’ils ne s’approchent point de toi.» et: «Beaucoup de douleurs sont le lot du méchant, mais celui qui se confie en l’Eternel est environné de sa grâce.» Quelle sensation!

Une nouvelle alliance

Mais si une chose est vraie dans le Tanakh, alors c’est une garantie que nous pouvons croire la suite. Ainsi, le Dieu d’Israël dit qu’une nouvelle alliance viendra pour notre peuple (Jérémie 31:31). Quand j’ai entendu ça pour la première fois, j’ai tendu l’oreille et pensé: «Et maintenant? Ne devrions-nous pas les Juifs observer la loi de Moïse? Cela ne nous est-il pas toujours enseigné? » Oui, la loi avec ses commandements et ses lois est sacrée et bonne. Le Juif Paul dit également: «Nous savons que la loi est bonne, pourvu qu’on en fasse un usage légitime, en sachant bien qu’elle n’est pas faite pour les justes mais pour les malfaiteurs et les rebelles…»(1 Timothée 1) : 8.9).
Apparemment, le Dieu d’Israël ne pense pas que la loi est suffisante, car il dit aussi très clairement au sujet de la nouvelle alliance: «Voici que les jours viennent, déclare l’Eternel, où je conclurai avec la communauté d’Israël et la communauté de Juda une alliance nouvelle. Elle ne sera pas comme l’alliance que j’ai conclue avec leurs ancêtres le jour où je les ai pris par la main pour les faire sortir
d’Egypte.»(Jérémie 31: 31,32). La loi de Moïse, bien que sacrée et bonne, ne suffit pas à un être assez humaine pour entrer dans une relation réelle avec Dieu. Et c’est pour cette raison que cette expression ne tient pas debout, cette expression que nous, les Juifs, aimons tant utiliser. Moi aussi, autrefois je disais: «Jésus est bon pour le peuple, mais nous n’avons pas besoin de médiateur!»
Donc, cette nouvelle alliance n’est pas une invention des croyants des nations, c’est une prophétie promise par Dieu à Israël par la bouche de Jérémie. Moïse lui-même avait déjà écrit dans Deutéronome 18:18: «Je ferai surgir pour eux, du milieu de leurs frères, un prophète comme toi. Je mettrai mes paroles dans sa bouche et il leur dira tout ce que je lui ordonnerai.»

Mais Jésus est-il le Messie?

Je suis donc toujours sur le sol juif et je crois en ce prophète qui est sorti de nos frères! Mais, j’entends parfois un de mes amis juifs dire: «Cela ne signifie pas que ce prophète soit Jésus, dans lequel tant de gentils croient». Cela a été noté très correctement! Et c’était la question primordiale pour moi: «Jésus est-il le Messie?» Que veut-il dire Moïse ici? Cela pourrait être aussi Josué, le successeur de Moïse, mais Josué n’était pas un prophète tel que Moïse le décrit ici. Joshua ressemblait plus à un général comme par exemple Mosje Dajan. Encore une fois j’ai commencé à lire la Bible. Je voulais une réponse surtout du Tanakh. Et en cela, je me suis autorisée à le reconnaître avec joie. Surtout à travers les prophètes et l’accomplissement de leurs prophéties, son portrait est devenu de plus en plus clair pour moi.

Juif complet

Est-ce aussi l’accomplissement de la prophétie que tant de nations ont accepté Jésus ? Encore une fois, les Écritures donnent une réponse claire. Dans le Psaume 118:22, il est dit: «La pierre qu’ont rejetée ceux qui construisaient est devenue la pierre angulaire.» C’est-à-dire, Jésus, qui était rejeté par une partie d’Israël (les dirigeants), est accepté par l’autre partie d’Israël et par les nations (les Gentils) comme une pierre vivante, choisie et précieuse de Dieu (voyez 1 Pierre 2:4). Siméon, un homme craignant Dieu, le confirme également lorsqu’il prend l’enfant Jésus dans ses bras dans le temple et dit: «Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur s’en aller en paix, conformément à ta promesse, car mes yeux ont vu ton salut, salut que tu as préparé devant tous les peuples, lumière pour éclairer les nations (comparez Esaïe 49:6) et gloire d’Israël, ton peuple.» (Luc 2: 29-32) Alors Siméon continue et dit: «Cet enfant est destiné à amener la chute et le relèvement de beaucoup en Israël et à devenir un signe qui provoquera la contradiction.»
Depuis deux mille ans, “ce Jésus” est un signe qui a été contredit. Pour les dirigeants et les autres, il est un piège, une pierre d’achoppement. Pour l’autre partie, y compris moi, alléluia et de nombreuses nations, il est une pierre sur laquelle nous pouvons nous appuyer ; un rocher qui ne bouge pas! Je veux l’écouter, sur l’ordre de Moïse; je veux suivre ses traces, ce dont les prophètes ont parlé. En tant que juive, je suis sur le bon chemin biblique. Je n’ai pas perdu mon identité, au contraire, je viens de devenir une vraie juive, complète avec Jésus, le Messie d’Israël.